Au Chien qui fume

178

Le café-restaurant, le Chien qui fume, est un des plus anciens de Paris, né en 1740. Il se situe au n°33 de la rue du Pont-Neuf.

rol-57390

Refuge des artistes Balzac, Dumas et Aragon, cité dans le roman d’Emile Zola, le Ventre de Paris, il est aujourd’hui fréquenté pour sa cuisine, mais aussi pour son décor de 1920. Admirez la devanture et ses quatre panneaux fixés sous verre décorés d’un chien fumant : un épagneul à la pipe, un terrier au cigare et un boxer à la cigarette.

A l’intérieur, un comptoir en bois et marbre décoré de petits panneaux peints représentant aussi des chiens en train de fumer. A l’étage des tableaux de grands maîtres sont parodiés avec délice.

Juste à côté, au 31 de la rue du Pont-Neuf, se dresse un buste de Molière coiffant une plaque à l’inscription suivante : « J.B. Poquelin de Molière. Cette maison a été bâtie sur l’emplacement de celle où il naquit en l’an 1620 ». Un stratagème malhonnête pour valoriser un bâtiment. Premièrement, Molière est né dans une maison située à l’angle des rues Saint-Honoré et Sauval. Deuxio, personne ne connaît sa date de naissance. Nous savons juste qu’il a été baptisé à Saint-Eustache le 15 janvier 1622. Cette supercherie est l’œuvre d’Alexandre Lenoir, fripier, vivant dans cette maison en 1796.

187

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s