Atelier Nadar

35 boulevard des Capucines se dresse un immeuble, construit sans doute au XIXe siècle, dont on ignore le nom de l’architecte. Au rez-de-chaussée se trouvait la boutique des frères Bisson, pratiquant la daguerréotypie (enregistrement d’une image sur une plaque d’argent iodurée). Au cours du Second Empire, l’étage voit se succéder de nombreux photographes : Disderi, Mayer, Van Bosch… et en dernier le peintre Gustave Le Gray.

Felix_nadar_c1860En 1860, Félix Tournachon, dit Nadar, s’y installe à son tour. Le caricaturiste entreprend de lourds travaux, en ajoutant, grâce aux nouvelles techniques de construction fondées sur la structure métallique, un atelier sur le toit. La boutique du rez-de-chaussée présente les dernières créations de la Maison, tandis que de luxueux salons s’étalent au premier étage. Des ateliers sont accessibles au second niveau. Le logement de Nadar dispose de l’une des premières climatisations, une simple cascade ruisselant le long des verrières. La façade était peinte en rouge, couleur fétiche de l’écrivain, lui-même toujours vêtu d’une redingote pourpre. Sur le balcon, Nadar fait installer une des premières enseignes lumineuses parisienne par Antoine Lumière (elle était éclairée au gaz). Ce dernier, quelques années plus tard, présente dans un salon du Grand Café, de l’autre côté du boulevard, l’invention de ses deux fils, Auguste et Louis, le cinématographe.

En 1867, Nadar y fonde la Société générale de Photosculpture de France. Endetté à cause de sa passion pour l’aérostation, Nadar quitte le boulevard des Capucines en 1872 pour un atelier plus modeste, rue d’Anjou.

Ce palais de verre accueillit pendant près de dix ans la clientèle du photographe. Dans son ouvrage, l’Architecture des années trente, Bertrand Lemoine écrit : « Alors que Disderi, boulevard des Italiens, était le photographe officiel, Nadar, boulevard des Capucines, était le photographe de l’opposition ». Les ennemis de l’Empire fréquentaient le salon de Nadar, ainsi que tous les littérateurs, les peintres, les artistes.

Le 15 avril 1874, un groupe de jeunes peintres dont Monet, Sisley, Pissarro, Renoir, Boudin, Cézanne y exposèrent leurs toiles. L’exposition réunit 30 exposants et 165 toiles. L’œuvre de Monet, Impression, soleil levant, devait donner à ces artistes le nom d’impressionnistes. Durant l’été 1874 se déroula l’exposition Pompéi à Paris montrant des maquettes en photosculptures des principaux monuments pompéiens. Le 2 avril 1881 s’y tint le 6e Salon impressionniste regroupent seulement 13 exposants dont Cassat, Degas, Gauguin, Guillaumin, Morizot.

35 bd capucinesDu 21 juillet 1883 au 12 janvier 1884, l’écrivain Octave Mirbeau publia un hebdomadaire de petit format, Les Grimaces. Les fonds du journal étaient fournis par Edmond Joubert, vice-président de la Banque de France, qui a mis rapidement fin à l’expérience. Les appels à l’émeute des rédacteurs lui paraissaient dangereux. En 1993, des promoteurs démolissent les ateliers pour transformer l’immeuble en appartements. Seule la façade rouge et la porte d’entrée sont conservées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s