Rue Daunou

La rue Daunou débute au 13 rue Louis le Grand et se termine au 29 boulevard des Capucines. Elle doit son nom à l’homme politique et historien français Pierre Daunou. La voie est ouverte par décret du 19 février 1806. Initialement section de la rue Neuve Saint-Augustin, elle a porté, par arrêté du 29 janvier 1881, très brièvement le nom de rue Boffrand, du nom de l’architecte Germain Boffrand, avant d’être renommée rue Daunou par arrêté du 8 avril 1881.

Immobilier

140

21 : l’American Dream. Un dîner dans la pure tradition américaine ouvert depuis 1969. L’American Dream est le plus grand espace américain de Paris. Avec 1 000 m² et 450 places, il vous propose la meilleure cuisine US et Tex-Mex. Le site propose des spectacles burlesques, de sosies, un piano-bar, des gogo dancers, un show bar, ainsi qu’un sushi bar californien.

16 : fabrique et vente de parfums et cosmétiques Emile Massé. Ce dernier vantait les mérites des produits Palmolive dans les années 1920-1930.

15 :  restaurant Le Petit Celadon.

14 : le restaurant Pascade d’Alexandre Bourdas. Le lieu sert d’écrin à la pascade, une cantine imaginée pour permettre de déjeuner et dîner rapidement, entre deux rendez-vous ou avant un spectacle. La cantine est néanmoins ouverte l’après-midi pour satisfaire toutes les gourmandises à l’heure du thé. L’atmosphère est simple, chaleureuse, des tables en noyer agrémentées d’un tube en inox contenants les couverts, serviette et carte afin de tout avoir sous la main, des tables spacieuses pour bénéficier d’un espace confortable, des chaises dessinées, mais ni nappe ni détails superflus. La cuisine est visible de la salle.

10 : au début du XXe siècle, restaurant Le Philippe.

: la porte du n°9 cache bien son jeu. Bien loin de mener à une cour humide, elle conduit son visiteur VIP vers un club très sélect : le Vendôme Club Paris.

: Le théâtre Daunou. La comédienne Jane Renouardt fit démolir l’hôtel existant pour y construire un théâtre en 1920. Les travaux sont confiés à l’architecte Auguste Bluysen. La façade Art déco se distingue par ses grandes baies en arcade surmontées de mascarons et de sphinx.

Dessinée par le décorateur Armand Rateau, la salle de spectacle d’une capacité de 350 places, aux couleurs bleues et ors, n’est pas sans rappeler celle de l’opéra du château de Versailles.

Le théâtre est inauguré le 30 décembre 1921 avec la pièce Une sacrée petite blonde d’André Birabeau et Pierre Wolff. A droite de la scène, on remarque des boiseries ouvragées, d’inspiration indonésienne. Sous la direction de la comédienne, opérettes, comédies, revues se succèdent sur scène. Parmi les plus célèbres, citons : Ta Bouche d’Yves Mirande et Albert Willemetz, sur une musique de Maurice Yvain, interprétée par Victor Boucher et Jeanne Cheirel. En 1926, la comédienne Madeleine Carlier loua le théâtre. En 1939, René Sancelme devient le propriétaire du théâtre qui le loue à François d’Orgeix. En 1946, les rênes sont confiées à l’épouse de Sancelme. Dans la nuit du 9 au 10 décembre 1971, un incendie ravage le théâtre.  Ce dernier est rénové avant de rouvrir ses portes le 1er février 1973 avec la pièce Aurélia de Robert Thomas. Au décès de Mme Sancelme, Denise Petitdidier devient la nouvelle directrice du théâtre Daunou. En 2010, l’établissement intègre le groupe des Théâtres parisiens associés. Les plus grandes vedettes parisiennes sont passées par la scène du théâtre : Lucien Baroux, Raymond Bouleau, Marcelle Chantal, Maria Mauban, Anne Vernon, Pierrette Bruno, Jean-Claude Brialy, Louis de Funès, Jacqueline Maillan, Robert Lamoureux, Michel Roux, Denise Grey…

143

: le Harry’s New York bar. En 1911, un ancien jockey américain, Tod Sloan, convainc un ami new-yorkais, Clancy, à l’approche de la prohibition, de démonter les boiseries de son bar de Manhattan pour les transporter à Paris. Sloan engagea ensuite Harry Mac Elhone, un barman écossais qui avait fait ses armes au Ciro’s Club de Londres. Le New York bar ouvre ses portes le jour de Thanksgiving, soit le 26 novembre 1911.

A cette époque, les touristes et artistes américains commençaient à affluer à Paris, et Sloan comptait bien les attirer dans son bar en leur restituant l’ambiance du pays. Mais son train de vie dispendieux l’obligea à vendre son établissement, qui fut racheté par Mac Elhone, l’ancien barman, le 8 février 1923. Il apposa son prénom au bar, le transformant en Harry’s New York bar, qui allait rapidement devenir l’endroit légendaire où se retrouvaient des expatriés célèbres et où furent inventés et mixés des cocktails éternels : White lady, Bloody Mary, Blue Lagoon, James Bond, le Pétrifiant, Christina… Le Harry’s peut se targuer d’avoir servi des célébrités comme Ernest Hemingway, Coco Chanel, Jack Dempsey, Rita Hayworth, Humphrey Bogart, le duc de Windsor ou Jean-Paul Sartre. La famille Mac Elhone est toujours aux commandes de l’établissement. Prochainement, un livre retraçant l’histoire de l’établissement devrait paraître.

Le Straw vote

Le bar a institué dès 1924 un vote factice qui démarre un mois avant le jour officiel du vote aux Etats-Unis, permettant aux Américains à Paris lors de la période électorale de voter. Les résultats provisoires sont affichés régulièrement. Ce vote est devenu une véritable institution, plus fiable que tous les instituts de sondage réunis. Le Harry’s ne s’est trompé que deux fois en 92 ans ou 26 élections. Une grande soirée est organisée le soir des élections.

5 rue daunou 03

: le Sherwood bar. Visitez ce piano-bar décoré dans le style des années 1930. Dans la salle sous voûte en pierre se trouve un immense bar d’époque tout en bois.

 

2 réflexions sur “Rue Daunou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s