6 rue de Hanovre

L’immeuble fut édifié entre 1907 et 1908 par l’architecte François Adolphe Bocage pour les industriels du crayon L. et C. Hardtmutz. Au moment de la demande du permis de construire, le 7 janvier 1907, l’architecte était domicilié sur place. Son agence y était installée depuis plusieurs années. Bocage se sert donc du projet pour faire de la façade de l’immeuble sa carte de visite, le manifeste de son talent, la carte publicitaire de sa future nouvelle agence réinstallée dans l’édifice après les travaux. Pour cela, il fait appel au céramiste Alexandre Bigot pour décorer la façade et le hall d’entrée. L’Art nouveau est alors peu courant dans le quartier de l’Opéra. Les sculptures sont l’œuvre de Camille Alaphilippe. La façade sur rue, la toiture, le vestibule d’entrée et l’escalier en spirale sont inscrits au titre des Monuments historiques depuis le 30 décembre 1977. L’ensemble a été rénové en 2010.

168

D’une superficie de 525 m², le bâtiment s’élève sur cinq étages. La façade, longue de 18 mètres, présente une grande variété d’ouvertures : trois grandes arcades au rez-de-chaussée et au 1er étage, des baies rectangulaires au 2e étage, des bow-windows aux 3e et 4e étages. La façade est recouverte de céramiques en grès flammé d’inspiration marine : algues, pieuvres, coquilles Saint-Jacques, étoiles de mer, plantes des bas-fonds dans les tons bleu-gris et ocres. Ni le céramiste, ni l’architecte n’ont voulu colorer ces motifs d’une façon trop outrancière, préférant leur conserver une teinte douce et naturelle. La porte d’entrée centrale est vitrée et décorée de ferronneries ouvragées.

 

Le hall d’entrée est également tapissé de céramique en grès, mais d’inspiration florale, œuvre d’Alexandre Bigot. Sur les murs, une accumulation de feuilles dominées par les tons verts et rouges puissants. Au plafond se développe un immense buisson de roses, aux entrelacs compliqués. Bocage a également dessiné deux rampes pour l’escalier en forme de fer à cheval conduisant au premier étage. Le lustre du hall dénote par sa simplicité voulue. L’escalier donne sur un autre escalier en spirale, comportant une rampe en fer forgé, traversant l’immeuble et éclairé par un ensemble de vitraux. Au centre de l’hôtel se trouve une cour octogonale.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s