100 rue de Richelieu

DSC_0241

Construit en 1883 pour le quotidien Le Journal, cet immeuble, qui fut plus tard occupé par l’Aurore, a été racheté en 1933 par la compagnie d’assurance La Mondiale. Bas-reliefs et guirlandes décorent les fenêtres des premiers étages (on distingue au centre l’initiale J de l’ancien quotidien).

100 richelieu 02

A l’intérieur ont été préservées des salles ornées de peintures murales du début du XXe siècle, notamment l’ancienne salle de restauration du Journal. A la Libération, l’immeuble accueillit le siège du journal Paris Presse, fondé par Philippe Barrès, ainsi que la revue hebdomadaire Travail et Liberté, fondée en 1947 par Raymond Doubre et Emile Ganne.

 

100 richelieu 04En 1892 eut lieu dans le restaurant Lemardelay une soirée inoubliable. L’affaire fut relatée de la manière suivante dans le journal Le Temps, daté du 22 septembre 1892 : « On se souvient du pari engagé il y a quelques jours entre deux Parisiens. L’un d’eux s’était fait fort de réunir 100 femmes dans un banquet chez Bonvalet ; 80 seulement avait répondu à l’appel de l’amphitryon qui avait perdu sa gageure. Plusieurs gros négociants de Paris, des entrepreneurs de travaux publics, furent séduits par cette idée et ils résolurent d’organiser, dans les salons de Lemardelay, rue Richelieu, une véritable orgie. L’organiseur du festin, très connu dans la haute société parisienne, s’est caché sous le pseudonyme d’Arnaud de Givry ; c’est à ce nom que les invitations avaient été faites. Les invitations furent répandues à profusion dans le monde de la basse galanterie. 260 femmes répondirent à l’appel. 40 cavaliers étaient là pour les recevoir. A huit heures on commence à servir le repas. Le menu était des plus variés. Tout d’abord, le banquet se passa tranquillement, mais les têtes des invités furent bientôt échauffées par le Saint-Emilion et le Beaune. Alors des scènes honteuses se produisirent. Une femme fut promenée autour des tables, dans le plus simple appareil, couchée sur un grand plat d’argent. Vers 10 heures les organisateurs, redoutant le pire, partirent précipitamment, pendant que les invités ivres jetaient verres et carafes par-dessus les tables. Une lutte entre le personnel et les invités débuta afin de récupérer les couverts en argent volés. Les cris des convives ameutèrent les voisins et les forces de l’ordre ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s