La princesse Jabirowska

En 1684, une grave affaire de disparitions bouleversa Paris. En quatre mois, 26 personnes, âgés entre 17 et 25 ans, avaient disparu sans laisser de trace. Quatre garçons, fils d’ébénistes ou de marchands de meubles, disparurent dans le faubourg Saint-Antoine. Les rumeurs les plus extravagantes circulèrent. Certaines prétendaient qu’une princesse malade tuait ces garçons pour se baigner dans leur sang.

1421223684_penny-dreadful-s2-fb

D’autres affirmaient que des Juifs se vengeaient en crucifiant des chrétiens. Dans tous les cas, une certaine terreur commençait à gagner les rues de Paris. Louis XIV se plaignit auprès de son lieutenant de police, Gabriel Nicolas de La Reynie, d’un manque de vigueur.

Vexé par les propos du souverain, il convoqua un agent de son administration, nommé Lecoq, et lui transféra l’enquête. Etant père d’un fils de 16 ans, grand et fort, il décida de l’employer comme appât. Il habilla le garçon, nom de code l’Eveillé, en grand apparat : beaux vêtements, bijoux luxueux et une bourse pleine de louis d’or. L’adolescent était chargé de se promener dans les rues, les jardins et les places, en faisant tinter ses pièces. Rien. Enfin, le cinquième jour, alors qu’il se promenait dans les jardins des Tuileries, il rencontra une jeune fille d’une grande beauté, accompagnée d’une vieille femme. L’Eveillé entama aussitôt la conversation. Au bout d’un moment, la gouvernante prit le jeune homme à l’écart pour lui faire part des malheurs de sa maîtresse. Celle-ci était née de l’union d’un prince polonais et d’une mercière de la rue Saint-Denis. Le père, rappelé par le roi de Pologne, fut tué en chemin par des brigands, laissant tous ses biens à sa fille unique. La duègne avait peur que la jeune fille tombe entre de mauvaises mains, attirées par sa fortune. Rassurée sur la fortune du jeune homme (l’Eveillé avait prétendu être fils de médecin et riche), la vieille pria le futur fiancé de les rejoindre à l’église Saint-Germain-l’Auxerrois afin d’y rencontrer sa belle-mère.

germain102

Flairant une piste, le jeune policier prévint son père et courut au rendez-vous. La servante, déguisée en souillon, l’attendait, seule. Elle l’entraîna dans la rue Courtalon où vivait la princesse Jabirowska. Le garçon fut conduit dans une chambre où l’attendait sa promise, vêtu de vêtements très légers. Un homme restant un homme, l’Eveillé oublia sa mission pour s’abandonner aux bras accueillants et très agréables de la jeune fille. Pendant ce temps, le père Lecoq et ses agents patientaient dans une ruelle. Les minutes s’écoulaient et aucun signe de son fils. Sous prétexte d’ordres à donner, la princesse s’éclipsa, laissant seul son amant troublé. Agacé, ce dernier fit le tour de la pièce et observa l’ameublement. Un paravent attira son attention. Il voulut le déplier, en vain. Il insista, le secoua et finit par le briser. Derrière se trouvait une grande armoire, contenant 26 plats d’argent sur lesquels reposaient 26 têtes d’hommes, effroyablement bien conservées.

José-de-Ribera-e1449920472515

Au même moment, une fenêtre s’ouvrit, livrant le passage à Lecoq Père et sa brigade, inquiet du silence de son enfant. Intrigué par le bruit, la princesse revint dans la chambre, accompagnée par quatre brigands fortement armés. Ils furent tous arrêtés. Explication : la belle et riche Anglaise attirait chez elle des jeunes hommes, séduits par son apparence voluptueuse, et demandait à ses comparses de les décapiter. Les têtes, desséchées et embaumées avec soin, étaient envoyées en Allemagne pour servir aux étudiants en phrénologie. Le reste des corps était vendu aux étudiants en médecine. La fausse princesse, la gouvernante et leurs complices furent condamnés et pendus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s