Les cadrans solaires de Saint-Nicolas

dsc_0064

En 1666, date de la création de l’Académie des sciences, un cadran solaire, calculé par un savant inconnu, a été peint sur la façade d’une des maisons qui entouraient l’église, celle du sacristain, dont la corniche feuillagée date du XVIe siècle. A partir de 1854, les rues de Turbigo et Cunin-Gridaine sont percées autour de l’église Saint-Nicolas, dégageant plusieurs maisons et boutiques. La maison du sacristain n’a pas été démolie et est restée attenante à la 6e chapelle de l’église, près du portail méridional. Le cadran solaire est dédié à saint Nicolas ; il indique les heures italiques et babyloniennes. Sous une corniche feuillagée et à gauche d’une petite fenêtre, à environ 6 mètres de hauteur, il forme un carré d’environ 1,75 mètre de côté environ. Dans la partie supérieure du cadran, la devise : SOL MOMENTA, NICOLAUS MORES (le soleil règle nos heures, saint Nicolas nos mœurs) est suivie de la date de 1666, laissant apparaître des traces d’une inscription antérieure. Sur le côté, il ne subsiste quasiment plus aucune trace d’une peinture de l’évêque saint Nicolas. Le centre du cadran est inaccessible. Les sept lignes horaires classiques de 6h à 12h sont indiquées par des chiffres arabes sur le solstice d’été. Deux lignes sont semi-horaires de 11h30 à 12h30. Les sept lignes babyloniennes, de 1h à 7h, sont déterminées, en haut, par des chiffres arabes au-dessus du solstice d’hiver et sur le bord droit du cadran. Onze lignes italiques de 10h à 20h sont signalées par des petits chiffres arabes, sous le solstice d’été, et remontent à droite vers le solstice d’hiver. Sept arcs des signes sont partiellement effacés. L’équatoriale est descendante. La demi-somme de l’heure babylonienne et de l’heure italique qu’elle croise correspond à l’heure classique qui passe par cette intersection. Le point de scellement du pied droit, supportant le style, est encore bien visible près de 8h, sur la ligne d’horizon. Le style droit a disparu.

cadran01

Sur l’arrondi, entre deux grandes baies, à environ 4,80 mètres de haut, un cadran solaire donne sur la rue de Turbigo. Peint et gravé sur la pierre, il s’inscrit dans un rectangle de 1,10 mètre sur 0,65 mètre environ et semble dater de la construction du chœur. Le centre du cadran est entouré d’un soleil flamboyant. Les treize lignes horaires partent du soleil et arrivent sur le rectangle d’encadrement. Les chiffres V-XII-V, à l’extérieur du rectangle, sont romains. Le style polaire a disparu. La sous-stylaire est sur X h ½, marquée par trois points alignés. Le cadran est très effacé et aurait besoin d’une restauration urgente.

dsc_0067

cadran02

A la verticale d’une fenêtre ouvrant sous les combles, sous la moulure, sur le côté de l’arrondi du chœur, se trouve un petit cadran solaire méridional de chantier, très rustique, de 20 cm sur 20 cm environ, sans doute destiné aux ouvriers qui ont construit l’église.  Il ne comporte pas de lignes. Les neuf chiffres romains VIII-XII-III sont gravés grossièrement dans la pierre formant un demi-cercle. Le style a disparu, une pointe de fer reste fichée dans la base. On peut apercevoir le cadran depuis la rue de Turbigo, derrière la grille qui sépare l’église de la rue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s