Square Emile-Chautemps

dsc_0022

Situé dans le quadrilatère formé par le boulevard de Sébastopol et les rues Salomon-de-Caus, Saint-Martin et Papin, le square a été réalisé en 1860 par Davioud à la demande du préfet Haussmann après l’achèvement du boulevard de Sébastopol. Situé près du théâtre de la Gaité-Lyrique et du conservatoire des Arts et Métiers, il est d’abord baptisé « square des Arts et Métiers », avant d’être renommé « square Emile-Chautemps » (1850-1918) en l’honneur du docteur en médecine, devenu député, sénateur puis ministre. Le square s’étend sur 4 069 m² et présente une structure à la française.

dsc_0027

Une balustrade en pierre de Saint-Ylie entoure le square, qui dévoile des allées régulières ponctuées de marronniers d’Inde en quinconce et d’un tilleul de Crimée esseulé (près de l’entrée, côté boulevard).

Au centre, on plaça une colonne en granit du Jura, commandée en 1865, commémorant les victoires de la campagne de Crimée en 1854-1855 (Inkerman, Sébastopol, Alma et Tchernaïa). Les noms sont gravés sur le socle. Le chapiteau corinthien porte les armes de la ville. Une Victoire sculptée par Crauk en occupait autrefois le sommet ; Celle-ci fut détruite par les Allemands pendant l’Occupation afin de récupérer le bronze (soi-disant).

Cette colonne est accompagnée de deux bassins. Des statues en bronze assises se tournent le dos. Il s’agit d’un côté d’un groupe de Charles Guméry, face au CNAM, représentant l’Agriculture et l’Industrie, et d’un groupe d’Auguste Ottin, tourné vers le boulevard, illustrant le Commerce et la Musique.

L’Agriculture porte une couronne d’épis et de fleurs, et tient une gerbe dans sa main droite. Le Travail est représenté par un homme vigoureux tenant un marteau et portant une enclume sur laquelle s’appuie une roue dentée. Mercure, dieu du commerce, tient une balance posée sur une ancre marine et une corne d’abondance. La Musique est une jeune femme couronnée de lauriers tenant une lyre dans sa main gauche, un flambeau dans la droite. Des mascarons à tête de lion distribuent l’eau dans les vasques.

Un peu plus loin, se trouve un buste en bronze représentant Marc Séguin, réalisé par Costa Spourdos en 1987. Séguin (1786-1875) participa aux débuts des chemins de fer en France en inventant la chaudière tubulaire et en perfectionnant les ponts suspendus. A Paris, il construisit la passerelle de la Grève en 1828, pont suspendu, qui fut ensuite remplacé par le pont d’Arcole en 1854.

chautemps 03

Quant au buste en bronze d’Emile Chautemps, il ne subsiste que le piédestal. Réalisée par le sculpteur Paul Landowski en 1938, la statue ne sera inaugurée que le 25 février 1939. Exposition de courte durée, car les Allemands feront fondre le buste en 1942.

Le square des Arts et Métiers étaient l’un des lieux de rassemblement préférés des Surréalistes :  André Breton, Paul Eluard, Théodore Fränkel…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s