Passage Vendôme

Se trouvait ici jusqu’à la Révolution le couvent des Filles-du-Sauveur fondé en 1701 par un prêtre de Saint-Jean-en-Grèce pour venir en aide aux « mauvaises filles » repenties. Leur installation se fit en 1704 et la communauté, dirigée par les religieuses de Saint-Thomas-de-Villeneuve, fut confirmée par lettres patentes datées d’août 1727. Leur chapelle était placée sous le vocable du Sauveur. Supprimé en 1790, le couvent fut vendu comme bien national en 1796. Le bâtiment fut détruit et céda sa place au passage Vendôme. Il doit son nom à Philippe de Vendôme, Grand Prieur du Temple, qui céda à la ville les terrains nécessaires au lotissement du quartier. Le passage mesure 57 mètres de long. Edifié en 1827, le passage reliait à l’origine le boulevard du Temple au Carreau du Temple et était situé à un emplacement idéal entre l’animation des théâtres du boulevard et un marché animé. Malgré son architecture élégante et ses boutiques qui trouvèrent bientôt preneur, le passage déclina rapidement pour des raisons peu évidentes et fut déserté à peine quelques années après son inauguration. En 1869, l’aménagement de la place de la République le raccourcit de quatre mètres, faisant disparaître sa façade sur le boulevard ainsi qu’une partie de sa verrière. Le passage se retrouve ainsi avec deux types de couvertures et reste de nos jours peu passant malgré son emplacement à proximité d’une des places les plus fréquentées de la capitale. Il a fait l’objet d’une campagne de rénovation partielle fin 2005 : les verrières ont été restaurées, les corniches et les peintures refaites, ainsi que des devantures de boutiques. Une prochaine campagne s’occupera de restaurer le sol à l’identique. Le passage fait l’objet d’une inscription aux monuments historiques depuis le 13 avril 1987.

DSC_0225

L’entrée sur la rue Béranger offre une jolie façade de style Renaissance. Cinq arcades cintrées s’élèvent sur la hauteur du rez-de-chaussée et du premier entresol. On trouve au-dessus un second entresol, puis un étage haut. L’arcade centrale, qui forme l’entrée du passage, est encadrée de pilastres toscans, surmontés de niches qui abritaient primitivement des statues.

Les fenêtres de l’étage s’agrémentent d’une corniche vigoureuse, soutenue par des consoles simplement moulurées. Quatre œils-de-bœuf sont percés dans les écoinçons, à hauteur du premier entresol. Au-dessus de l’entrée, l’inscription « passage Vendôme » en lettres de bronze sur plaque de marbre, semble dater de la création.

Une verrière à quatre pentes éclaire le passage, et deux volées de marches successives permettent de rattraper le dénivellement entre la rue Béranger et la place de la République.

DSC_0211

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s