Eglise Sainte-Croix-de-Paris

Histoire

L’origine de cette église remonte au début du XVIIe siècle. En 1623, le financier Claude Charlot qui entreprend de lotir le quartier du Temple, construit l’église Saint-Jean-Saint-François ainsi qu’un couvent attenant où s’installent des frères capucins voués à remplir le rôle de pompiers volontaires à l’époque. Leur dévouement et les risques qu’ils prenaient lors de ces interventions dangereuses les rendaient fort populaires. La chapelle de ce couvent, dit couvent des Petits-Capucins-du-Marais, est construite l’année suivante, sur l’emplacement d’un ancien jeu de paume, sous le vocable de l’Immaculée Conception. Le couvent est édifié quelques années plus tard, entre 1695 et 1704. De nombreuses personnalités, dont Mme de Sévigné, fréquentent alors cette église qui est reconstruite en 1715. A la Révolution, le couvent est détruit puis loti sauf la chapelle qui devient en 1791 église paroissiale de Saint-François-d’Assise. Fermée en 1793, l’église est aliénée en 1798, puis achetée par la ville de Paris en 1811 pour la somme de 60 000 francs. Rendue au culte en 1803, elle devient succursale de la paroisse Saint-Jean-en-Grèce sous le nom d’église Saint-Jean-Saint-François. L’église est agrandie entre 1828 et 1832 et son porche est reconstruit par Victor Baltard en 1855. Depuis 1970, elle est affectée au culte catholique arménien sous le nom de cathédrale Sainte-Croix. Le 27 juin 2019, l’église fut inaugurée après deux ans de travaux de rénovation.

Architecture

13 perche 02

La façade de l’église a été augmentée en 1855 par Victor Baltard d’un porche en avant-corps formant vestibule. Ce porche au style éclectique mélange les inspirations puisées dans l’art roman et de la Renaissance. Le fronton triangulaire reposé sur des pilastres doriques. Il est décoré de festons et de médaillons représentant saint François d’Assise en extase et les emblèmes de saint Jean-Baptiste.

L’église est organisée selon un plan basilical avec un bas-côté unique. La nef comporte quatre travées voûtées en berceau. De chaque côté s’allonge un étage de tribunes à balustrades, éclairées du côté de la rue par des baies rectangulaires. Deux admirables statues de marbre en occupent l’entrée : à gauche, saint François d’Assise est une des statues commandées Catherine de Médicis à Germain Pilon, après la mort de Henri II, pour orner la rotonde des Valois à Saint-Denis. L’autre statue représente saint Denis. C’est une œuvre des frères Marsy, exécutée à la demande d’Anne d’Autriche pour l’abbaye de Montmartre. Si nous connaissons l’origine de ces statues, nous ignorons encore comment elles sont parvenues à Saint-Jean-Saint-François.

13 perche 06

La chaire est due au sculpteur Louis Parfait Merlieux et elle date du début du XIXe siècle. Elle fut réalisée d’après les dessins de Baltard.

13 perche 08

Le chœur est une adjonction de 1828 par Godde. Il est également voûté en berceau, mais de moindre hauteur que la nef. Les lambris dont il est orné passent pour provenir de l’église des Billettes.

L’église possède deux orgues ; un orgue de tribune et un plus petit situé dans le chœur. Cavaillé-Coll les a réalisés tous les deux en 1844. Le buffet a été sculpté par Michel Liénard. De célèbres musiciens y ont joué depuis 1850, dont César Franck (1851-1858), Léo Delibes et Jules Massenet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s