L’ange de Turbigo

DSC_0044

Contre la façade de cet immeuble construit sous le Second Empire est sculpté un grand ange, sorte de cariatide qui s’étire du premier au troisième étage, et dont les ailes déployées semblent soutenir le balcon de l’étage supérieur.

DSC_0045

Elle tient dans sa main gauche un brin de myrrhe et dans la droite, une petite bourse en forme de sac. Ses proportions hors norme, elle les doit à son créateur, Auguste Delange, qui la présenta en 1851 à un concours des Beaux-Arts.

 

Dès 1867, l’immeuble était désigné sous le nom de « maison du génie de la rue de Turbigo ». Il semblerait qu’il s’agisse de l’enseigne d’une fabrique de passementerie.

12 rue du Quatre-Septembre

DSC_0256

L’immeuble a été construit en 1865 par André Cheviron, à la demande du groupe d’assurances « Le Monde ». L’immeuble s’éloigne du modèle traditionnel de l’immeuble urbain avec l’introduction en façade d’un ordre colossal faisant saillie et englobant le premier et le 2e étage. Pour donner à l’entrée de l’immeuble le caractère monumental qu’exigeait le programme, Cheviron a flanqué l’arcade du portail d’accès de deux cariatides ailées, dues au sculpteur Aimé Millet.

DSC_0257

Celles-ci s’inscrivent dans le courant néo-classique du XIXe siècle. Les traits épurés des visages, la sinuosité des drapés font l’éloge de l’Antiquité grecque. Ils confèrent à la façade le charme suranné de la sculpture antiquisante. Les épis de blés que tiennent les deux cariatides, de part et d’autre du médaillon central (on voyait à l’origine un globe terrestre portant le nom de la compagnie), sont un symbole traditionnel d’abondance et un signe de bon augure pour l’entreprise.

DSC_0254